Assemblée générale 2017 au Palais du Luxembourg © Asso SMR

Assemblée générale 2017 au Palais du Luxembourg
© Asso SMR

A la suite des demandes répétées de l’association Seine-Moselle-Rhône, l’Etat avait reconnu le bien-fondé et la légitimité d’une restitution des études relatives au projet Saône-Moselle.Saône-Rhin (inachevées en application stricte du rapport de la Commission Mobilité).

Cette restitution se tient le 8 mars, sous l’égide du Préfet de la région Grand Est et à l’attention d’un comité restreint, au Palais du Luxembourg en amont de la traditionnelle réunion annuelle de l’association.

Après cette restitution, les responsables politiques et économiques invités par l’association Seine-Moselle-Rhône soulignent la nécessité de poursuivre les réflexions sur l’aménagement fluvial du grand quart Nord-Est français.

David Valence, André Rossinot et Dominique Potier © Asso SMR

David Valence, André Rossinot et Dominique Potier
© Asso SMR

En 2016, l’association tient son Assemblée Générale et sa réunion d’informations et d’échanges le mercredi 27 avril 2016 au siège de la CCIR Paris-Ile-de-France, à l’invitation de son Président Jean-Paul Vermès.

Alors que l’ordonnance de création de la « Société du Canal Seine-Nord Europe » a été présentée et adoptée en Conseil des ministres le 21 avril 2016, André Rossinot rappelle toute l’importance du projet de canal Seine-Nord Europe pour conforter le renouveau du transport fluvial en France et étayer son développement futur. L’émergence des régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté devrait notamment permettre d’avoir une approche cohérente, stratégique et solidaire de l’aménagement de ces territoires.

Président de la Commission Transports et Déplacements de la Région Grand Est et Maire de Saint-Dié-des-Vosges, David Valence évoque le souhait de la région de développer des capacités de transport multimodal, et de plus s’impliquer dans la gouvernance des ports et les liaisons Est-Ouest. Nouveau Secrétaire de l’association, Dominique Potier, Député de Meurthe-et-Moselle souligne que ces débats s’inscrivent dans l’après COP21 et correspondent à un véritable « changement d’ère ».

A noter également, plusieurs interventions fortes d’acteurs économiques sur la compétitivité du transport fluvial : Arnaud Colson, Président de l’Union Nationale des Producteurs de Granulats (UNPG), Jean-Michel Henry, ancien Directeur des relations extérieures du groupe Soufflet, aujourd’hui expert pour le compte de la Fédération du Commerce Agricole et Agroalimentaire, Jérôme Lagabe, Directeur commercial de Colas Est.

Exposition Climat "Solutions COP21" © Asso SMR

Exposition Climat « Solutions COP21 » © Asso SMR

A l’occasion de la COP 21 et dans la perspective des prochaines élections régionales, l’association Seine-Moselle- Rhône organise, en partenariat avec le Comité Provoideau et l’association Seine-Nord Europe, une conférence en décembre dans le cadre de l’exposition-climat Solutions COP21 au Grand Palais à Paris.

Via la réalisation d’un argumentaire sur les grands projets fluviaux, le message de ces associations est simple : Les objectifs ambitieux de report modal fixés par la France et l’Union européenne, dans une logique de lutte contre les changements climatiques, ne pourront jamais être atteints en l’absence d’une politique volontaire de modernisation et d’extension du réseau navigable, clé d’une croissance significative du transport fluvial.

Assemblée générale 2017 organisée au Siège du Grand Port Maritime de Marseille © Asso SMR

Assemblée générale 2017 organisée au Siège du Grand Port Maritime de Marseille © Asso SMR

Le rapport de la Commission Mobilité 21 présidé par le Député Philippe DURON, remis au Ministre en juin, formule des recommandations en vue de créer les conditions d’une mobilité durable et propose une hiérarchisation des projets d’infrastructures.

L’association Seine-Moselle- Rhône y regrette la faible place accordée au transport fluvial. Aucun projet de liaison fluviale n’apparaît dans le scénario 1 de la Commission Mobilité 21 (et seul Bray-Nogent dans le scénario 2), tandis qu’en matière de desserte massifiée des ports maritimes, le recours aux voies navigables n’est même pas cité.

Et si le projet Seine-Nord Europe a été « exclu du périmètre d’analyse », en raison de son caractère européen et de la mission de reconfiguration récemment lancée, le projet Saône-Moselle.Saône-Rhin voit sa réalisation fixée par la Commission Mobilité 21 « dans un horizon lointain », c’est-à- dire après 2050.

Transport de conteneurs sur la Seine © VNF Didier Gauducheau

Transport de conteneurs sur la Seine © VNF Didier Gauducheau

A l’occasion de son Assemblée générale organisée au siège du Grand Port Maritime de Marseille, l’association fait le point sur la définition par l’Union européenne de 9 corridors de transport multimodaux et les suites du rapport de la Commission Mobilité 21.

Lors de cet événement, l’association rappelle son soutien aux initiatives de développement du transport fluvial, telles que la création de MedLink Ports ou le projet de desserte fluviale directe

de Fos 2XL. En ce qui concerne le projet Saône-Moselle.Saône- Rhin, l’association demande à VNF et à l’Etat de terminer ces études, laissées inachevées à la suite des recommandations de la Commission Mobilité 21, et d’en partager les résultats avec les territoires concernés.

Alain Gest, Président de VNF, et André Rossinot © Asso SMR

Alain Gest, Président de VNF, et André Rossinot © Asso SMR

A l’occasion de son Assemblée générale organisée en décembre, l’association rappelle la nécessité de respecter fidèlement la lettre et l’esprit de la loi du 3 août 2009.

L’association entend réaffirmer avec force, auprès de la Commission Mobilité 21 récemment installée, la priorité à donner au lancement du projet Seine-Nord Europe et la pertinence d’une liaison Saône-Moselle pour relier les bassins du Rhône et du Rhin.

Rencontre transfrontalière à Luxembourg-Ville © Asso SMR

Rencontre transfrontalière à Luxembourg-Ville © Asso SMR

L’association Seine-Moselle- Rhône organise, en juin à l’Abbaye de Neumünster à Luxembourg-ville, une rencontre transfrontalière consacrée au thème « Liaison fluviale Saône-Moselle : un futur trait d’union durable entre les territoires de la Grande Région » en partenariat avec la Commission de la Moselle.

La motion adoptée en clôture de cet événement précise notamment que l’association Seine-Moselle-Rhône et les représentants des membres de la Grande Région présents sont attachés à l’intégration du projet Saône-Moselle à la révision du Réseau Transeuropéen de Transport (RTE-T), actuellement menée par la Commission Européenne, et au nouveau Schéma National des Infrastructures de Transport appelé à être adopté en France.

Rencontre transfrontalière à Luxembourg-Ville © Asso SMR

Rencontre transfrontalière à Luxembourg-Ville © Asso SMR

Téléchargements :

©Asso SMR

Assemblée générale 2009 en présence de François Patriat, Président du Conseil régional de Bourgogne © Asso SMR

Pour atteindre l’objectif gouvernemental de report modal inscrit au cœur de la loi « Grenelle 1 » : « faire évoluer la part modale du fret non-routier et non-aérien de 14 % à 25 % à l’échéance 2022 », l’association Seine-Moselle- Rhône est convaincue de la nécessité de s’appuyer sur de grands projets de connexion entre grands bassins fluviaux.

Parmi les autres démarches à mener, l’association soutient également la réalisation prioritaire de différents aménagements fluviaux sur les axes séquaniens, rhodaniens et mosellans et l’amélioration des dessertes fluviales des grands ports maritimes.

L’association note également que cette loi « Grenelle 1 » du 3 août 2009 précise que « les études nécessaires à la réalisation d’une liaison fluviale à grand gabarit entre les bassins de la Saône et de la Moselle seront poursuivies et un débat public sera organisé d’ici à 2 012. Ce débat envisagera également l’intérêt d’une connexion fluviale entre la Saône et le Rhin qui fera l’objet d’études complémentaires préalables ».

A l’occasion du Grenelle de l’environnement, ensemble de rencontres politiques organisées fin 2007 visant à identifier les décisions à prendre à long terme en matière d’environnement et de développement durable, l’association réalise une contribution dans le cadre du rapport n°1 :

« Lutter contre les changements climatiques et maîtriser la demande d’énergie. »

Pour l’association, les grands projets fluviaux comme Seine-Nord Europe et la liaison Moselle- Saône constituent des ancrages solides mais aussi indispensables pour conduire avec succès une nouvelle politique de report modal et de dynamique fluviale.

L’association Seine-Moselle- Rhône participe au débat public sur la politique des transports dans la vallée du Rhône et l’arc languedocien qui a duré 4 mois, du 27 mars au 26 juillet 2006.

Les conclusions de ce débat public font état d’une demande généralisée pour un « changement de cap immédiat afin de respecter l’objectif de division par 4 de nos émissions de CO2 à l’horizon

2050 ». « Partisans d’un report modal maximal », les participants sont opposés à l’accroissement des capacités autoroutières.

Seine-Moselle- Rhône organise la Convention des acteurs européens de la navigation fluviale en octobre, en partenariat avec Voies navigables de France (VNF), le Conseil Régional de Lorraine, la Communauté Urbaine du Grand Nancy et Inland Navigation Europe (INE), à l’occasion du 40ème anniversaire de la mise à grand gabarit de la Moselle.

Les participants y appellent les décideurs politiques de l’Union européenne à :

– développer le transport fluvial pour répondre aux besoins logistiques européens et contribuer au développement durable de l’Europe des 25,

– doter l’Europe fluviale d’un réseau à grand gabarit cohérent, moderne et ouvert à l’international.

Téléchargement :

L’association Seine-Moselle- Rhône organise le Forum des acteurs de la voie d’eau à Chalon-sur-Saône en avril, en partenariat avec le Comité Provoideau, les CCI de Chalon-sur- Saône, Autun et Louhans, et Voies navigables de France.

A l’occasion de ce forum, les participants soulignent la nécessité de soutenir un mode alternatif au « tout routier », conjuguant l’efficience économique et le respect de l’environnement.

A l’issue de cet événement, les organisateurs lancent un appel face pour que la France se dote rapidement de grandes infrastructures de transport fluvial, en vue des débats législatifs sur le choix des infrastructures de transport et du Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire.

L’association Seine-Moselle-Saône récemment créée et l’association Médinord sont réunis au sein d’une nouvelle association Seine-Moselle-Rhône.

L’association pour l’étude des liaisons fluviales Seine Est de la France et le Consortium pour l’aménagement et la modernisation de la Seine et des voies adjacentes fusionnent pour donner naissance à l’association Seine-Moselle-Saône.