Description
Le bassin Seine-Escaut-Rhin

Carte du bassin Seine-Escaut-Rhin ©VNF

Maillon français du projet de liaison fluviale européenne Seine-Escaut (allant du Havre à Gand en Belgique), Seine-Nord Europe est un projet de canal à grand gabarit destiné à relier le bassin parisien au réseau fluvial des Hauts-de- France, et au-delà à l’ensemble du réseau fluvial européen.

Figurant parmi les cinq projets prioritaires de l’Union européenne à réaliser d’ici 2030, la liaison fluviale Seine-Escaut permettra une navigation d’unités fluviales (jusqu’à 4400 tonnes soit l’équivalent de 5 trains de fret complets ou 250 camions), sur l’ensemble de son linéaire (du Havre jusqu’à Gand en Belgique), aux mêmes conditions de navigation que sur l’Axe Seine et les 10 000 km du grand réseau fluvial européen à grand gabarit.

Retenu parmi les grands projets d’aménagement du territoire lors du CIADT de décembre 2003, Seine-Nord Europe a été déclaré d’utilité publique le 12 septembre 2008. Sa réalisation a été inscrite dans la loi dite « Grenelle 1 » du 3 août 2009.

Carte des équipements et aménagements du canal Seine-Nord Europe © VNF

Carte des équipements et aménagements du canal Seine-Nord Europe © VNF

Outre le canal Seine-Nord Europe, canal de 107 km de long à construire entre Compiègne et Cambrai, la liaison Seine-Escaut comprend un certain nombre d’autres opérations d’aménagements parmi lesquelles on trouve notamment pour le territoire français :

  • l’amélioration de l’accès fluvial à Port 2000 au Havre,
  • le projet MAGEO (Mise au gabarit européen de l’Oise entre Compiègne et Creil) qui vise à approfondir l’Oise sur 42 km,
  • la réalisation de dragages de remise au gabarit de l’Oise aval entre Conflans-Saint-Honorine et Creil,
  • la réouverture du canal de Condé à Pommerœul,
  • l’aménagement de la Lys mitoyenne…

Les ports maritimes concernés (Le Havre, Rouen, Dunkerque…) bénéficieront d’un surcroît de compétitivité grâce à une desserte fluviale améliorée et décuplée grâce au grand gabarit, élargissant ainsi leur hinterland.

Les nouvelles activités logistiques et industrielles générées par la mise en service de cette infrastructure se traduiront par de nombreux emplois pérennes non délocalisables : 10 000 à 15 000 emplois 10 ans après la mise en service, environ 45 000 à l’horizon 2050 (étude SETEC de nov. 2013).

Quatre grands secteurs économiques bénéficieront particulièrement de cette liaison fluviale :

l’agriculture -premier secteur exportateur français-, les matériaux de construction et les produits recyclables, l’automobile et l’acier, l’agro-alimentaire et de la grande distribution.

Carte du réseau Seine-Escaut

 

Point de situation
Marques laissées par les diagnostics archéologiques sur le tracé du canal Seine-Nord Europe © VNF

Marques laissées par les diagnostics archéologiques sur le tracé du canal Seine-Nord Europe © VNF

Après l’échec d’un financement du projet en partenariat public-privé en 2012, en raison notamment de la crise financière, Seine-Nord Europe a fait l’objet d’une reconfiguration pilotée par le Député du Nord Rémi PAUVROS, qui a remis deux rapports en décembre 2013 et mai 2015.

A l’occasion du Conseil informel des ministres européens des Transports de Tallinn (Estonie), une déclaration conjointe a été signée le 17 octobre 2013 par le Commissaire européen aux transports et les ministres des transports concernés, soulignant leur volonté commune de voir le projet Seine-Nord Europe/Seine-Escaut avancer et affirmant que ce projet est éligible à des subventions européennes pouvant atteindre jusqu’à 40 % du coût total.

Grâce à un engagement financier sans précédent des collectivités territoriales concernées, qui apporteront un financement global de 1 milliard d’euros, un accord sur le protocole de financement a été adopté le 28 novembre 2016, pour un montant total du projet de 4,9 milliards d’euros HT. L’Europe financera le projet à hauteur de 40 % de son coût total, l’Etat y engagera 1 milliard d’euros. Des emprunts de long terme compléteront le plan de financement.

La société du canal Seine-Nord Europe a été créée par le décret du 29 mars 2017. Cette société sera en charge de la maîtrise d’ouvrage du canal en lieu et place de VNF. Son premier Conseil de surveillance a eu lieu le 20 avril 2017. Le premier Président de cette Société a été récemment désigné en la personne du Député du Nord Rémi PAUVROS.
La déclaration d’utilité publique modificative, nécessaire suite aux modifications de tracé issues de la reconfiguration, a été publiée fin avril 2017.

 

 

Calendrier de réalisation

Les premiers travaux, notamment de compensation environnementale, ont débuté en 2017.

Le chantier devrait durer jusqu’en 2023 et créer 10 000 à 13 000 emplois directs et indirects par an dans les régions concernées.

A terme, le canal Seine-Nord Europe devrait permettre de doubler les trafics fluviaux français, passant de 7 milliards de tonnes.km à près de 14 milliards de tonnes.km.

Plus d'informations sur le site Canal Seine-Nord Europe